Escapade d’un jour à Wakefield, au Québec : les incontournables à deux pas d’Ottawa

Depuis que nous sommes déménagés à Ottawa l’an dernier, mon mari et moi avons exploré le Vieux-Hull, Chelsea et d’autres villes québécoises à proximité. Notre nouvelle destination préférée? Wakefield. À  tout juste 30 minutes du centre-ville d’Ottawa, ce village québécois propose des activités typiquement canadiennes – sillonner les marais ou manger une poutine sur les berges de la rivière Gatineau, par exemple – qui offrent un répit de la ville.

Lieux à ne pas manquer à Wakefield

J’ai demandé à des amis du coin ce qu’on pouvait faire à Wakefield et vu la petitesse de la ville, j’ai été étonnée par leur longue liste de recommandations. Les attraits les plus populaires sont le moulin et le pont couvert.

Le Wakefield Mill Hotel & Spa donne sur les paisibles chutes MacLaren. Crédit: Tourisme Outaouais

Datant du début des années 1800, le Moulin Wakefield Hôtel & Spa a été rénové de très belle façon. Mon mari et moi y retournerons certainement pour une fin de semaine en amoureux au Pavillon Éco Rivière et au spa, mais n’avons pas regretté d’avoir fait la route simplement pour le Brunch du dimanche. Nous étions installés dans le solarium de cet ancien moulin à farine patrimonial en pierre, près d’une fenêtre qui donne sur les chutes MacLaren; une vue digne d’une carte postale.

Nous nous sommes ensuite baladés sur le joli chemin de campagne en direction du cimetière MacLaren dans le but d’y voir la sépulture de Lester B. Pearson, 14e premier ministre du Canada. Après quelques minutes à déambuler parmi les pierres tombales des colons du milieu du 19e siècle, nous l’avons trouvée,  au bas d’une petite colline. Des visiteurs avant nous y ont posé des pièces de dix cents, de vingt-cinq cents et d’un dollar en gage de respect.

De charmants jardins bordent l’entrée du pont qui traverse la rivière Gatineau. En été, les habitants se prélassent au soleil sur les rives du fleuve. Crédit: Myriam Baril-Tessier (Photo reçue de Tourisme Outaouais)

À l’autre bout du village se trouve le pont couvert typique. Vous ne pourrez pas le manquer. Le pont original bâti en 1915 a été ravagé par un incendie il y a plusieurs années, mais on l’a joliment reconstruit. Mon mari et moi l’avons traversé dans un sens, puis dans l’autre, en admirant ses treillis complexes et la rivière en amont et en aval.

De l’autre côté du pont se trouve le Centre patrimonial de la maison Fairbairn que vous ne voudrez pas rater. Cette ferme des années 1860, domicile de William Fairbairn (le fondateur du vieux moulin à farine), vous ramènera loin en arrière! Les murs de la maison arborent de vieux portraits de famille, et la photo de mariage d’un des enfants Fairbairn, prise en 1905, surplombe le traîneau à patins (un traîneau tiré par des chevaux servant à se déplacer pendant l’hiver). Plusieurs artéfacts historiques y sont exposés, dont l’énorme bible familiale datant de 1875. La cabane en bois rond est une réplique de l’habitation plus modeste où a habité la famille à son arrivée d’Écosse en 1834.

Un petit tour dans le village

Ce que j’ai préféré à Wakefield a été de me balader le long du chemin Riverside, de la boutique La Fin de la ligne à la vieille église anglicane. Le parcours d’environ un kilomètre regorge de galeries d’art, de boutiques, de restaurants, de pubs et d’églises historiques.

La Boutique Khewa est située sur le chemin Riverside qui longe la rivière Gatineau. Crédit: Myriam Baril-Tessier (Photo reçue de Tourisme Outaouais)

Il y a trop d’endroits formidables pour tous les nommer, mais j’ai été particulièrement interpellée par la boutique Khewa, dont la mission est de préserver la culture des peuples autochtones par la vente d’une magnifique sélection de mocassins, de bracelets en argent, d’œuvres d’art autochtone, et j’en passe.

Belle nouveauté du chemin : la Galerie d’art Riverside, qui se déploie sur deux étages. Les deux fois où j’y suis allée, des artistes locaux peignaient sur la galerie avant. La peintre Colleen Grey m’a invitée à faire un signet. Je manie le pinceau aussi bien qu’un enfant de quatre ans, mais nous nous sommes bien amusées en nous imaginant faire une exposition ensemble un jour. Vous pouvez même prendre un café et des biscottis dans la cour arrière où sont aussi exposées des œuvres d’art.

Côté gastronomique, mon mari et moi n’avons pas encore goûté à tout ce que Wakefield a à offrir. Chez Nikosi, nous avons mangé la meilleure poutine de notre vie (et croyez-moi, nous en avons mangé de la poutine!) en regardant les gens faire du canot et de la planche à pagaie ou traverser la rivière à la nage.

Nikosi réinvente un classique québécois. Crédit: Sue Nador

En plus des frites, du fromage en grains et de la sauce, elle était garnie de canneberges séchées et d’une impressionnante cuisse de canard!

Lors d’une autre visite, un ami et moi avons mangé au Café Pot-Au-Feu, sur la jolie terrasse de la gare de train toute rénovée. Alors que je m’attaquais à mon assiette de lox et de galettes de pommes de terre croustillantes accompagnées de crème sure, des groupes de cyclistes ou de piétons se succédaient sur l’ancien chemin de fer, aujourd’hui transformé en sentier récréatif.

De l’aventure pour tous à Wakefield

Sans surprise, le cyclisme et la marche sont populaires à Wakefield. Mais le secteur attire aussi les âmes courageuses. Malgré la suggestion d’un ami et l’attrait de l’eau turquoise de la carrière, je n’ai pas osé essayer la tyrolienne de Great Canadian Bungee, qui offre aussi le saut en bungee le plus haut d’Amérique du Nord.

Explorer les cours d’eaux à pédalo est une activité très agréable à faire tout au long de l’été. Crédit: Éco-Odysée

J’ai plutôt loué un pédalo avec un ami à Éco-Odyssée (c’est plus mon genre d’aventure) pour partir à la découverte des marais. Avant notre balade, Olivier Rocheleau-Leclair, le directeur d’Éco-Odyssée, nous a montré une photo aérienne du labyrinthe navigable et piétonnier s’étendant sur des centaines d’acres de champs, de forêt et de marais.

Les sentiers dessinent un corbeau, l’une des 70 espèces d’oiseaux qui y vivent. Sur l’eau, nous étions si captivés par six tortues des bois qui se faisaient chauffer la couenne sur une bûche et par un trio de carouges à épaulettes enjoués que nous avons dévié de notre trajet. Coup de chance, cela nous a permis d’apercevoir un colibri à gorge rubis perché sur une quenouille.

Naviguez dans l’impressionnant labyrinthe de marais et observez la faune. Crédit: Eco-Odyssee

Pour nos prochaines sorties

Il nous reste encore tant à voir à Wakefield, comme les sentiers de randonnée dont les arbres se pareront bientôt de couleurs automnales. Le village est aussi situé à proximité de pistes de ski populaires et s’anime à la nuit tombée. J’ai entendu dire que The Black Sheep Inn et Kaffé 1870 offrent d’excellents spectacles musicaux. Bref, nos découvertes dans ce coin de pays ne font que commencer!

Image d’en-tête: Myriam Baril-Tessier/Tourism Outaouais

(Visited 1 410 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter !

wpDiscuz