Découvrez le cosmopolite West End de Winnipeg

On parle plus de 100 langues à Winnipeg. À première vue, cette statistique paraît un peu tirée par les cheveux, mais il suffit d’une balade dans le quartier West End pour constater sa véracité.

En s’aventurant à l’ouest de l’Université de Winnipeg par l’avenue Portage, Ellice ou Sargent (qui sont pour ainsi dire parallèles), on entre dans un univers gastronomique où se côtoient des cuisines coréenne, italienne, grecque, cantonaise, de la ferme à la table, laotienne, vietnamienne, éthiopienne, autochtone et salvadorienne – pour ne nommer que celles-là.

Ajoutons des boulangeries-pâtisseries dont les étalages débordent de délices philippins et de pains au levain faits de blé biologique local, et même un charmant nouveau commerce nommé Not A Waffle qui sert de la crème glacée dans un cornet de taiyaki (faites vos recherches!). Et c’est sans parler de l’éventail de soirées musicales couvrant presque tous les genres – tout ça à l’intérieur de trois pâtés de maisons dans ce quartier orné de murales.

De l’ancien

Tout le monde trouve son compte à The Old House Revival Company. Crédit photo : The Old House Revival Company

Même si les antiquités ne sont pas au sommet de vos priorités, je vous assure que vous ne regretterez pas votre passage à The Old House Revival Company.

Voisine de CBC sur la rue Young, cette boutique de trois étages est une caverne d’Ali Baba recelant une myriade d’objets insolites en tous genres. Ce n’est peut-être pas là que vous dénicherez un chic buffet édouardien – quoique ce n’est pas impossible –, mais c’est certainement le genre d’endroit dont David Sedaris raffolerait. Les hiboux empaillés sous une cloche de verre, les portraits d’hommes aux somptueuses moustaches dans les années 1890, les tasses de thé, les bidons d’essence d’autrefois et les ensembles de hockey sur table des années 1960 se disputent votre attention. C’est tout simplement splendide.

Et du tout neuf

Dans le West End, de nouveaux commerces misent sur un produit qui est sans doute encore plus ancien : le levain. Eh oui, vous avez bien lu!

L’un des derniers venus, Hildegard’s Bakery*, se situe à quelques pas de The Old House Revival Company, sur l’avenue Portage. Il s’agit d’un commerce dérivé d’Integrity Foods (bien plus au nord, à Riverton), où les propriétaires Dora et Cornelius Friesen (des milliers de mennonites portent le nom Friesen au Manitoba) se sont fait un nom grâce à leurs initiatives d’agrotourisme proposant pizzas et pains cuits dans un four de brique construit par le défunt et légendaire Alan Scott.

Hildegard’s Bakery sert la meilleure pizza en ville, cuite dans un imposant four en briques. Crédit photo : Hildegard’s Bakery

À Hildegard, comme à Riverton, la fille des Friesen, Judith, son mari Dave Newsom et leur associé Michael Harms font aussi du pain et de la pizza avec un levain chef très ancienet prévoient amplement de temps de fermentation avant la cuisson au four à bois (ce dernier chauffe d’ailleurs le bâtiment en hiver). Leurs pizzas, offertes le midi seulement, sont exquises; la Menno Borscht (betteraves, crème sure et oignons caramélisés) est incontournable!

À deux coins de rue au nord d’Hildegard se trouve Eadha Bread*, qui a ouvert ses portes en mai 2018. Auparavant, la propriétaire Cora Wiens vendait dans les marchés fermiers ses pains bios au levain fermenté pendant plus de 18 heures, et ses stocks étaient souvent épuisés. Maintenant, elle vend également des pâtisseries et des tartes, donne des ateliers de cuisine et alimente un bijou de compte Instagram où elle affiche fièrement son mandat : « Le mouvement queer, l’antiracisme, la décolonisation… tout fermente (même le gâteau!). » Ses publications sont d’ailleurs aussi croustillantes que son pain; en voici un extrait* : « Max est arrivé avec une moustache aujourd’hui… Ça va être une drôle de journée. »

Une rue en pleine effervescence

 

Le Sleepy Owl regorge de miches de pain fraîchement cuites. Crédit photo : Doug Little

À Sleepy Owl Bread, sur la rue Wall, on offre depuis octobre 2014 des pains fermentés raffinés et des pâtisseries lustrées et croustillantes. Et ça se vend comme des petits pains chauds (excusez-la)! À présent, la rue se transforme rapidement en destination épicurienne : la microbrasserie Barn Hammer* n’est qu’à un coin de rue au sud, et l’ouverture d’une pizzeria à la new-yorkaise appelée Wall Street Slice est prévue pour la fin avril. Attention, il s’agit d’un projet des créateurs du Red Ember* – le camion-restaurant le plus couru en ville (un conteneur converti en gros camion où l’on cuit des pizzas sur feu de bois) – et de Red Ember Common, un comptoir de restauration toujours bondé dans le marché de La Fourche.

Offrez-vous une bière bien froide au Barn Hammer Brewing Company dans le West End. Crédit photo : Symon Ptashnick/PTASH Film & Photography

Laissez-vous guider

Étant donné l’ampleur du West End, il peut sembler laborieux d’en découvrir tous les joyaux. Heureusement, en été, la sympathique équipe de West End Biz* offre trois visites guidées à pied. Ayant pour thème les restos, les murales ou les artisans, toutes sont menées par des guides captivants et pleins d’esprit.

La visite des artisans permet d’aller à la rencontre des âmes créatives qui tiennent les commerces et fabriquent les articles qu’on y propose. La visite des murales, quant à elle, retrace l’histoire du quartier au fil des fresques qui ornent ses murs, dont bon nombre illustrent l’évolution des différents groupes ethniques et des personnages importants qui ont contribué à l’essor du coin. Enfin, la visite des restaurants en vaut particulièrement la peine, car elle comprend de savoureuses dégustations en chemin. Elle s’arrête notamment à notre nouvelle taquéria préférée, Sargent Taco*, où le propriétaire Carlos Bosque prépare les plats comme dans sa ville natale de Mexico.

Chez Sargent Taco, Le taco Huitlacoche avec rajas et fromage frais grillé. Crédit photo : Tyler Walsh / Tourisme Winnipeg

Vous hésitez toujours? Sachez que le West End est aussi le meilleur quartier en ville où acheter des épices (mention spéciale aux épiceries Dino’s et Dong Thai), manger une savoureuse soupe tonkinoise (pour moi, celle de Pho Hoang est sans égale), acheter un maillot de soccer bon marché avec des pupusas et du curtido (oui, tout ça au même endroit, chez El Izalco), jouer au bingo queer pour une bonne cause (The Good Will Social Club) et déguster un shawarma (les options ne manquent pas). Si ce n’est pas ça, la diversité!

Photo du titre : Un guide du West End,  lors de la visite des murales (Courtoisie de Mike Peters de Tourisme Winnipeg)

* Sites en anglais seulement.

(Visited 62 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter !

wpDiscuz