grande-anse-light-house--tourism-new-brunswick

Bathurst et la magnifique baie des Chaleurs

Les Rocheuses ont leurs admirateurs, mais on trouve dans les Maritimes l’un des plus beaux trajets de train du continent. Je l’ai emprunté, passant par les arrêts principaux, comme Halifax et Moncton, mais ce sont les petites destinations qui m’ont vraiment plu, comme celles de la Matapédia, au Québec, et de Bathurst, au Nouveau-Brunswick. J’ai déjà écrit sur le reste, alors il est grand temps que je vous parle des charmes secrets de Bathurst.

En sortant du train, vous vous trouverez dans ce qu’on appelle Bathurst Ouest, séparé du centre-ville par le bassin de Bathurst. Une bonne partie des infrastructures locales s’y trouvent : le Walmart, le McDonald, le centre de loisirs. Bref, c’est un endroit très fréquenté par les habitants, mais moins intéressant pour les visiteurs.

Mais c’est à Barthurst Ouest que vous pourrez louer une voiture – et croyez-moi, vous en aurez besoin pour visiter certains endroits qui valent le détour. Brunswick Car & Truck Rentals est la seule option indépendante de la région. Peter se fera un plaisir de venir vous chercher si vous l’appelez à l’avance pour vérifier s’il a une voiture.

Le centre-ville à pied et le musée

La promenade des quais de Bathurst (© Tourism New Brunswick)
La promenade des quais de Bathurst (© Tourism New Brunswick)

Si vous suivez la rue Queen pour traverser le bassin et rejoindre le centre-ville, le premier hôtel que vous croiserez est le Best Western. C’est aussi le seul hôtel du centre-ville (il y en a quelques autres à Bathurst Ouest). Il est à distance de marche des points d’intérêts de la ville, comme la Promenade Waterfront, le parc Coronation et le Musée du patrimoine de Bathurst.

La Promenade est la place publique de la ville. On y trouve un kiosque, des restaurants et des boutiques, comme la libraire Pélagie. Le parc est l’autre joyau de la ville. C’est là qu’ont lieu les camps de jours, tout comme le spectacle de la fête du Canada. C’est également le meilleur endroit en ville pour se promener par une journée ensoleillée.

Le Musée, quant à lui, se trouve à l’extrémité nord du parc, dans un édifice d’esthétique moderne datant de 1967. « Il n’y a pas de thème spécifique », peut-on lire sur son site. On y va plutôt pour l’expérience et l’ambiance, et pour découvrir des parcelles de la vie des habitants de Bathurst et de la baie des Chaleurs, étalées sur des décennies.

Bathurst est la plus grosse ville de la côte nord du Nouveau-Brunswick et un lieu historique d’importance. Établie officiellement comme village en 1826, elle a vite séduit Joseph et Samuel Cunard, les fondateurs d’une entreprise de transport maritime connue pour le Lusitania, le Queen Mary et le QEII, qui, attirés par l’abondance de bois et l’accès facile à la baie, ont acheté des terres dans la région de Bathurst. La ville a également vu naître la Bathurst Power and Paper Company, qui est devenue Power Corporation, l’une des plus grandes entreprises du pays. Les curieux peuvent d’ailleurs consulter les excellentes archives historiques du susmentionné Musée de Bathurst.

 La Baie des Chaleurs

Baies des Chaleurs (© @amauryevra)
Baie des Chaleurs (© @amauryevra)

Bathurst est au cœur de l’une des plus grandes merveilles naturelles du Canada : la baie des Chaleurs. C’est un incontournable si vous vous trouvez à Bathurst, mais vous aurez besoin d’une voiture. J’ai beaucoup voyagé dans ma vie, sur la plupart des continents, mais mon voyage en famille sur la côte la plus chaude du Nouveau-Brunswick reste l’un des plus mémorables.

Surtout, je me souviens de la palourde royale. Nous nous étions arrêtés dans une petite auberge à l’ouest de Bathurst et, pour une raison que j’ignore, il y avait une palourde royale dans un seau sur la véranda de l’endroit où nous mangions. Je n’en avais jamais vu auparavant. Quand quelqu’un la sortait de l’eau pour jouer avec elle sur la table, je pouvais observer avec fascination son siphon immense qui se tortillait dans tous les sens.

Outre ma rencontre avec ce charmant mollusque, ce que j’ai trouvé le plus marquant, ce sont les jeux de lumière dans la baie quand l’après-midi se transformait en soirée dans la chaleur de l’air estival. On parle plus souvent de la baie de Fundy, de l’autre côté de la province, et je reconnais que ses marées et sa faune marine sont impressionnantes, mais c’est dans la baie des Chaleurs que se déploie la vraie beauté du Nouveau-Brunswick. Ponctuée de villes et de villages dont la population n’a pas augmenté depuis 150 ans, cette baie nous offre un authentique échantillon du Nouveau-Brunswick.

Observation de baleines et gastronomie

Grande Anse (© Tourism New Brunswick)
Grande Anse (© Tourism New Brunswick)

La baie des Chaleurs est l’un des derniers endroits où l’on peut observer des baleines noires, l’une des espèces de baleines les plus rares, dont il ne reste qu’à peu près 400 individus. À Bathurst, vous pouvez vous joindre à un groupe d’observation de baleines et aller sur l’eau pour augmenter vos chances de voir une baleine noire ou un rorqual commun, quelquefois appelé « lévrier des mers » en raison de sa petite taille et de sa grande vitesse. Vous pouvez aussi vous installer sur la rive. Pourquoi pas au pied du phare de Grande-Anse, à environ 45 km au nord-est de Bathurst?

En faisant à peu près 75 km dans la direction opposée, vous découvrirez le village de Charlo. Il s’y trouve quelques petits restaurants et des auberges avec des salles à manger, tous sur la rive sud de la baie. Le Moulin à Café, avec sa façade de briques et de clins, est l’un des plus charmants : ne passez pas à côté de sa chaudrée de fruits de mer au gombo ou de ses pâtes Alfredo aux pétoncles. La propriétaire Andréa Boudreau et le chef cuisinier Ashley MacNair ont fait de ce petit café dans ce minuscule village une véritable destination culinaire.

Un plat chez le Moulin a Cafe (@ Le Moulin a Cafe)
Un plat chez le Moulin à Café (@ Le Moulin a Cafe)

En restant sur cette véranda un peu plus longtemps, j’aurais peut-être vu le légendaire vaisseau fantôme de la baie des Chaleurs. Certains disent qu’il s’agit de biogaz qui s’enflamme, d’autres que c’est le feu de Saint-Elme, ou alors le fantôme d’un navire en feu ayant participé à la Bataille de la Ristigouche, le dernier affrontement naval entre les Anglais et les Français en 1760.

Quoi que ce soit, cette boule de lumière à l’horizon est un phénomène réel – rare, mais réel. C’est aussi une bonne raison de s’attarder un peu sur une terrasse ou sur la plage en observant les eaux calmes au moment où le soleil commence à s’assoupir après une journée bien remplie.

Image principale: Grande Anse (© Tourism New Brunswick)  

(Visited 477 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter !

wpDiscuz