Greg Kolz

Brad Sinopoli a fait un touché en optant pour Ottawa

La ville d’Ottawa, le quartier général des célébrations de Canada 150, est aussi là où Brad Sinopoli a célébré des événements marquants de sa carrière ces dernières années. Le receveur éloigné du Rouge et Noir d’Ottawa a été nommé le joueur canadien par excellence de la Ligue canadienne de football (LCF) en 2015. L’année suivante, il a enfilé six réceptions et un touché permettant au Rouge et Noir de battre les Stampeders de Calgary et de remporter sa première Coupe Grey, exploit qui lui a mérité le titre du joueur canadien par excellence du match.

En dehors des stades de football, Brad Sinopoli profite pleinement de la vie. À 29 ans, le natif de Peterborough, en Ontario, habite une propriété de dix acres dans le quartier verdoyant de Dunrobin avec sa fiancée Laura et son chien Petey. Dans ses temps libres, il aime bien faire de la descente de rivière ou construire une cabane dans les arbres avec son coéquipier, le receveur Greg Ellingson.

Cette ancienne vedette de l’Université d’Ottawa, qui étudiait alors les sciences de l’activité physique, a parcouru beaucoup de chemin depuis ses débuts à titre de quart arrière pour les Stampeders de Calgary. Comme la ville d’Ottawa accueillera la Coupe Grey cette année, il appréciera d’autant plus être dans la capitale nationale. Nous avons eu la chance de nous entretenir avec lui récemment.

 Dans votre jeunesse, vous étiez un amateur des Maple Leafs de Toronto. Pourquoi avoir préféré le football au   hockey?

À Peterborough, mon père était entraîneur de football à mon école secondaire. On regardait chaque jour le football à la télé. Ma mère était aussi une ardente partisane. Mon frère et ma sœur jouaient également au football – elle était la botteuse de son équipe au secondaire. En grandissant, même si j’étais toujours aussi mordu de hockey, j’ai commencé à me diriger vers le football.

Qu’est-ce qui rend une partie à domicile si spéciale?

Défilé Coupe Grey Rouge et Noir d’Ottawa (© Andre Ringuette/Freestyle Photography)
Défilé Coupe Grey Rouge et Noir d’Ottawa (© Andre Ringuette/Freestyle Photography)

Nos admirateurs sont particulièrement passionnés. Il va sans dire que nous réussissons davantage à garder leur intérêt quand nous remportons la victoire.

Le stade où nous jouons est aussi fantastique. Il n’y a rien de mieux que d’assister à un match de soirée ou de fin de semaine au Stade Place TD. L’atmosphère qui règne sur la rue Bank, près du Canal Rideau, est incroyable; ça bourdonne d’activités.

Qu’est-ce qui vous enchante le plus à Ottawa?

La ville offre tant d’expériences et de choses à découvrir, des endroits et quartiers à l’ambiance unique, comme la Petite Italie, le marché By et Westboro. Elle compte aussi de nombreux festivals de musique comme CityFolk* et Bluesfest*. En plus, il suffit de traverser la rivière des Outaouais pour aller se promener dans le parc de la Gatineau.

Lorsque vous avez des invités, une fois la saison de la LCF terminée, où les emmenez-vous?

Bal de Neige sur le Rideau Canal (© Department of Canadian Heritage)
Bal de Neige sur le Rideau Canal (© Department of Canadian Heritage)

Comme notre période de répit est l’hiver, je leur fais découvrir habituellement le Bal de Neige. La plupart des gens de Peterborough n’ont jamais vécu ce genre de festival qui attire des gens de partout. Dévaler le canal Rideau en patin est quelque chose d’exceptionnel. Mes parents viennent chaque année y prendre part.

Où aimez-vous aller manger à Ottawa?

Je suis un gars de déjeuner. Le Heart and Soul Cafe* est un petit resto de campagne qui fait toujours salle comble. Il y a aussi le Constance Lake Lodge qui est situé sur les berges d’un petit lac tout juste à l’extérieur de la ville. J’adore cet endroit. Il n’y a pas de meilleure façon de commencer la journée qu’en dégustant un bon déjeuner et en sirotant un café le regard perdu sur le lac.

Aimez-vous les Queues de castor?

Je les adore. Celles nature, par contre. Je n’aime pas tout ce qu’on y ajoute maintenant, comme le Nutella et autres garnitures.

En tant qu’amateur de plein air, quel est votre endroit de prédilection pour faire du camping?

Parc Provincial Algonquin (©Parks Canada)
Parc Provincial Algonquin (©Parks Canada)

C’est assurément le parc provincial Algonquin*. Mon père me l’a fait connaître lorsque j’avais cinq ans, et je l’aime encore aujourd’hui. On y allait observer les oiseaux. On se promenait dans les bois, puis on s’assoyait en silence, et on examinait les oiseaux. Je m’en souviens encore comme si c’était hier.

Quel autre endroit aimeriez-vous découvrir au Canada?

Monts Torngat (© Heiko Wittenborn)
Monts Torngat (© Heiko Wittenborn)

Avant de mourir, j’aimerais vraiment beaucoup aller dans les monts Torngat dans la péninsule du Labrador. C’est un endroit très isolé et très difficile d’accès. Mais le panorama me semble spectaculaire. J’adore visiter mon propre pays. Je veux voir ce que mon pays a de plus beau avant de me rendre en Europe ou ailleurs dans le monde.

En tant que vedette de la LCF, que faites-vous pour inspirer les jeunes Canadiens à s’initier au football?

J’espère être un bon modèle. Je suis déjà allé voir un spectacle de l’humoriste Norm MacDonald* qui se moquait du fait que tout le monde au Canada rêve de jouer pour la LNH, mais qu’il y a toujours un petit farfelu qui, lui, espère être repêché par la LCF. Je m’en souviens, car je me suis toujours senti comme ce farfelu.

Si on arrive à faire aimer le sport à la prochaine génération et à lui transmettre ce qu’on a appris, je crois qu’on a réussi notre boulot. On essaie le plus possible d’aller à la rencontre des jeunes footballeurs, de leur parler et de prendre des photos avec eux, en espérant que ce sera une expérience dont ils se souviendront.

Quels sont vos projets d’avenir?

Ottawa REDBLACKS Grey Cup Parade Ottawa, Ontario 2016
© Andre Ringuette/Freestyle Photography

En ce moment, en raison de la nature de ma carrière, mon objectif est de survivre aux défis quotidiens. On doit prouver qu’on mérite encore de faire partie de l’équipe. Il n’y a pas de contrats garantis dans notre sport. Il est difficile de dire « je veux jouer pendant tant d’années. » Il faut vraiment s’investir tous les jours.

Je voudrais, une fois ma carrière terminée, devenir entraîneur ou graviter autour du sport d’une façon ou d’une autre. J’ai eu de grands entraîneurs qui m’ont beaucoup aidé et j’espère pouvoir rendre la pareille à d’autres joueurs.

 

*Site an anglais seulement

**image principale © Greg Kolz Freestyle Photography

(Visited 29 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter !

wpDiscuz