Sam Roberts, Canada 150

Sam Roberts, 2e partie : Destinations préférées au Canada

La semaine dernière, nous avons parlé avec le lauréat de plusieurs prix JUNO, Sam Roberts, des liens profonds qui unissent sa famille aux trains, de ses aventures en Afrique du Sud, des livres et des films qui permettent de découvrir l’histoire ferroviaire du Canada, et de sa chanson de train préférée. Cette semaine, le rocker prodigue quelques conseils sur la façon de profiter des magnifiques espaces extérieurs de Montréal, sa ville natale, et dévoile son palmarès des villes canadiennes à visiter, qui pourrait être utile au moment de choisir une destination pour célébrer le 150e anniversaire du Canada.

Winnipeg et sa dynamique communauté artistique

Bien sûr, certains endroits viennent rapidement à l’esprit. La splendide ville de Winnipeg, au Manitoba, située dans les Prairies, s’impose d’entrée de jeu à Sam. « Winnipeg a longtemps été pour moi un nom sur une carte, un lieu que j’ai toujours voulu visiter », lance-t-il.

« À l’époque – c’était avant l’internet et l’interconnexion de toutes les activités culturelles – , quand j’y suis enfin allé, j’ai été étonné de découvrir une communauté artistique et une scène musicale aussi dynamiques dans une place si reculée et loin de tout. Un esprit formidable planait dans la ville et je m’en suis vraiment imprégné lors de ma première visite. »

Sam Roberts, Canada 150
The Good Will Social Club (Crédit : Tom Elvers)

Les Winnipégois attribuent souvent les forces de création de leur ville à son isolement*, mais, par bonheur, ils parviennent généralement à partager leur magie créatrice. C’est ici qu’entrent en jeu les bars de quartier comme The Good Will Social Club* et The Handsome Daughter*– deux oasis pour la musique indépendante et souvent locale en pleine ville. Qui plus est, le Good Will, qui s’est doté d’une « politique d’espace sécuritaire obligatoire* », sert quelques bières artisanales locales, alors que le Handsome Daughter offre des menus aussi diversifiés qu’alléchants.

Halifax, la Mecque de la musique

Sam Roberts, Canada 150
(crédit : Scott Munn)

Il n’est pas étonnant que l’autre ville mentionnée par Sam soit encore un haut lieu de la musique. En effet, la pétillante ville portuaire de Halifax, en Nouvelle-Écosse, et l’explosion pop qu’elle a connue dans les années 1990, l’a fortement marqué. « J’adore cette ville en raison de l’esprit des Maritimes qui en émane, et surtout l’amour des gens pour la musique », indique-t-il.

« L’importante et bouillonnante scène musicale de Halifax existe depuis toujours, et en tant que Montréalais, en grandissant, nous y avons toujours trouvé de l’inspiration. »

Cette scène musicale est encore aujourd’hui une force dont il faut tenir compte. Portée tant par des icônes canadiennes comme Joel Plaskett*que des nouveaux venus comme Nap Eyes*, un groupe d’indie rock, l’esprit de la musique est encore très présent à Halifax. On peut s’en imprégner en plein centre-ville, au Carleton Music Bar & Grill* (tout en mangeant un morceau) ou au Seahorse Tavern*et au Gus’ Pub*, dans le quartier hipster plus au nord. Une fois au « Gus », commandez sans hésiter un Ace Burger*, que le public désigne année après année comme un des meilleurs burgers à Halifax.

Les joyaux extérieurs de Montréal, entre splendeur et histoire

Mais, évidemment, rien ne vaut notre ville natale, et l’enthousiasme de Sam pour Montréal est palpable. Le parc du Mont-Royal qui, fait remarquer Sam, a été conçu par le légendaire architecte paysagiste Frederick Law Olmstead, qui a aussi créé Central Park, à New York, est le premier sur sa liste.

« L’hiver venu, le public peut profiter d’une superbe patinoire, indique Sam. De tous côtés, la vue est incroyable sur les divers secteurs de la ville, avec le fleuve en toile de fond. J’aime y aller juste après avoir vécu la frénésie d’une tournée, alors que je recherche un peu moins de chaos et un peu plus de paix et de tranquillité. »

Sam Roberts, Canada 150
(crédit : © Susan Moss Photography)

Après le Mont-Royal, place au Vieux-Montréal. Sam raconte que ses enfants ont l’impression de pénétrer dans un autre monde lorsqu’ils se retrouvent plongés dans cette architecture ancienne.

« J’adore arpenter les rues de Montréal et m’imprégner de son histoire, qui remonte beaucoup plus loin que celle de tant de régions du reste du Canada et de l’Amérique du Nord. L’aspect historique est partout et semble très peu touché ou altéré par le temps. »

Enfin, le rocker s’émerveille du canal de Lachine, une importante masse d’eau qui côtoie le riche patrimoine de Montréal et où, l’été, Parcs Canada offre des visites guidées en vélo, à pied ou en bateau. L’hiver, certains secteurs du canal se prêtent à merveille au patinage.

« Il s’agit d’une autre façon d’entrer en communion avec cet immense pays, souligne Sam. D’une certaine façon, cela rend le Canada un peu plus accessible et son âme plus facile à saisir. »

Une des meilleures façons de vous sentir lié au reste du pays consiste à visiter ses sites historiques. Pourquoi ne pas profiter du 150e anniversaire du Canada pour le faire? Avec un peu de chance, lors de vos visites, vous pourriez même assister à un concert du Sam Roberts Band*qui sera en tournée.

 

*Sites Web en anglais

Sam Roberts, Canada 150

(crédit : © Commission canadienne du tourisme, Pierre St-Jacques)

 

image panoramique : © Tourisme Montréal

(Visited 68 times, 1 visits today)

Laisser un commentaires

Votre addresse mail ne sera pas publié Les champs sont requis *